Les inégalités du taux de sécurité marchandisée (TSM) en 2006

Valeur du TSM (en % du revenu de référence, le revenu disponible moyen des adultes ayant un emploi) :

TMS 2006TMS 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le graphique oppose 93, la Seine Saint Denis avec un TSM de 43%, soit 1,3 fois moins que celui de 77, la Seine et Marne, avec 56%.

 

Trois explications pour ces différences du TSM :

 

  •      Le facteur démographique  
  •      Le taux de chômage 
  •       Les politiques d’incitation ou d’aide de retour à l’emploi.

 

1/ Première expliquation insiffisante : le facteur démographique

 

Nous pouvons nous demander si l’importance de la part de la population en âge de travailler ne permet pas d’expliquer cette sécurité marchandisée associée à la population ayant un emploi. Le tableau ci-dessous compare pour cela les distributions des % de la population en âge de travailler et ceux du TSM. Or ces deux séries sont négativement corrélées (r = -0,2).

Tableau TSM et population en âge de travaillerTableau TSM et population en âge de travailler

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Graphiquement, on peut observer cette corrélation inverse :



TSM et population en âge de travaillerTSM et population en âge de travailler

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constat paradoxal : le département qui a le TSM le plus important, 56% dans le 78, a également la part de la population en âge de travailler la plus faible (55%)

Ce sont d'autres déterminants que la structure démographique qui doivent être invoqués pour expliquer les différences du taux de sécurité marchandisée (TSM).

 

2/ Une seconde explication plus valable :le taux de chômage

 

 

Le taux de chômage de l’année 2006 :

Taux de chômage 2006Taux de chômage 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constat évident : la Seine Saint Denis a le taux de chômage le plus élevé (10,55%) et le TSM le plus faible. Là où il y a moins d’emplois, les revenus sont moins importants et donc aussi les sécurités marchandisées

Le taux de chômage est donc lié avec une large part des inégalités du TSM, car la sécurité de l’emploi est inversement proportionnelle au taux de chômage.

Mais cette explication est partielle.

Le taux de chômage est le plus faible (6,05%) dans le 91, mais si le TSM y est important , il est seulement au troisième rang, derrière ceux du 77 et du 78 (départements qui connaissent aussi de plus faibles taux de chômage 7,93% et 7,7%).

Les politiques d'incitation à l'emploi contribuent également à déterminer la sécurité des emplois.

 

3/ Troisième explication : les politiques d'incitation à l'emploi 

 

Le contrat Jeune en entreprise: 

Augmentation du % de contrats jeunes en entreprise dans la population active de 2005 à 2006 dans les 8 départements

Pourcentage de contrat jeunes en entreprisesPourcentage de contrat jeunes en entreprises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nombre de contrats « jeunes en entreprise » a été multiplié par 13  entre 2005 et 2006, passant de 946  à  12483, ce qui a entrainé une réduction significative du nombre de jeunes chômeurs, et donc une augmentation de la population active occupée,  dans  tous les départements de la région, à l’exception du 75.

 

Diminution de la proportion de jeunes chômeurs de 2005 à 2006 dans les 8 départements

Proportion de jeunes chômeursProportion de jeunes chômeurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le coefficient de corrélation de la population active occupée avec le TSM est ainsi passé de -0,22 en 2005 à  +0,68 en 2006.

De ce fait, cet élément des politiques de retour à l’emploi  a contribué fortement à l’amélioration  de la sécurité marchandisée (TSM) et donc à celle de la sécurité économique en réduisant le nombre de chômeurs.Mais les autres éléments des politiques de retour à l’emploi ont bien moins de portée explicative. Les coefficients de corrélation des % des contrats d'insertion-Revenu minimum d'activité avec le TSM sont bien plus faibles (0,24 contre 0,68 pour les % des contrats jeunes). Les autres contrats, d’initiative emploi ou d’accompagnements dans l’emploi, sont eux négativement corrélés avec la art des personnes en emploi et donc avec le TSM.